Michel Jamot Site Officiel, critiques d'arts, créations, littérature, musique, cinéma, photographie, arts graphiques, BD…
Non classé

Aphorismes et définitions

 

Aphorismes

 

 

Il n’ y a pas de vérités, il n’ y a que des contextes. (à appliquer aussi aux aphorismes :) )

Le principal péché d’ une institution c’ est son manque d’ humilité. Donc de souplesse, elles ne sont que des exercices structuraux de départ vers une organisation socio-culturelle.

La politique est une carotte maligne qui reste inaccessible au discours constructif sans démocratie. La clé d’ une démocratie c’ est une éducation intelligente. Une éducation intelligente c’ est quelque chose qui reste encore à étudier et définir.

La recherche est un objectif proche de celui d’ un artiste, par définition il ne peut tenir compte que de l’ inspiration du chercheur.

Science et art sont deux facettes d’ une sensibilité « réceptrice ». Tous deux ont à voir avec un désir de « s’ élever » par la compréhension. A priori il n’ y a pas d’ autre type d’ opposition qu’ une éventuelle hiérarchie de valeurs entre artistes, scientifiques et croyants de tous bords.

La science et l’ art peuvent être perçus comme l’ élaboration et la pratique de croyances raisonnées, donc progressistes. Mais elles restent croyances, pour l’ humanité ce sont des dynamiques de développement, d’ organisation, éventuellement de « sagesse », mais si on les met face à la vie elle-même on n’ est pas loin d’ un rôle de distraction.

L’ artiste, le mystique et le scientifique partagent une donnée de départ dans leur démarche: se comprendre dans l’ univers qui les entoure. Je crois qu’ on appelait vaguement ça métaphysique dans la tradition ante-psychanalyse.

La poésie est une alternative aux impossibilités contextuelles de la science et du dictionnaire pour définir un objet.

Je crois en la possibilité infinie d’ évoluer intellectuellement et sensiblement. Je crois aussi que le principal obstacle à cet essor est notre environnement sensible et intellectuel.

Le langage est un de nos plus formateurs environnements sensibles et intellectuels.

« Société tu m’ auras pas… » c’ est ça oaips… Quand on en arrive là c’ est déjà grillé, question de rhétorique…

On peut être intelligent et névrosé… question de contexte social c’ est même un prérequis…

Cela dit on peut aussi être névrosé et con… aucune contre indication médicale à priori.

La magie de la culture unique c’ est qu’ on peut devenir éduqué et con. Voire même colon. Par déformation lexicale on a du appeler cette promotion rhétorique une mission.

Le concept d’ éducation comme formatage rappelle un peu les oeillères de l’ équitation… Au fond un visionnaire c’ est surement un type qui est resté à peu près « normal ».

Passé, présent, futur… Ok, Hawking était le théoricien, mais… qui est le grammairien post-Einstein?

J’ ai souvent envie de percevoir l’ humour comme la garantie d’ une certaine intelligence. J’ ai un peu moins de déceptions dans ce domaine que dans d’ autres.

J’ aime bien penser que sans l’ amour de Freud pour les jeux de mots et l’ humour la psychanalyse aurait jamais été le 3ème traumatisme de l’ humanité… Enfin, traumatisme « positif » s’ entend…

Un choix, c’ est se priver d’ autant de possibles…

Du fait de la permanence d’ un temps dans notre condition, une action c’ est pareil…

Donc construire quelquechose c’ est se priver d’ autant de constructions possibles… Bon ce que j’ ai appris socialement derrière tout ce fatras théorique c’ est que finalement c’ est parfois mieux…

parenthèse religieuse (le niveau est plus bas… à cause d’ un contexte plus précis puisque culturel):

J’ aime bien penser que la peur de Satan est au fond le principal appui d’ une institution religieuse, l’ idée qu’ il nous influence perpétuellement en nous faisant croire aux possibilités individuelles ne fait qu’ apporter du crédit à la santé mentale de l’ autre gugus qu’ ils préfèrent présenter comme garde-fou moraliste…

L’ essence de la spiritualité est une recherche d’ élévation et de compréhension, l’ essence de la doctrine est une recherche de déresponsabilisation face aux échecs, de pouvoir finalement.

Dieu tête, Satan corps… c’ est un peu ça non? Super… bon allez suivant… (déclinable à l’ infini…)

 » Dieu m’ a dit de promouvoir la démocratie, votez pour moi »… mention: système éducatif défaillant.

Au fond le problème posé par les religions et les livres saints c’ est l’ incapacité des gens en recherche de repères à comprendre que le langage dépend des concepts éducatifs, donc la parole… Au début était le Verbe… ben oui… ne vise que la communication et l’ entendement, voire la création… Mais par essence la parole c’ est la nature humaine… C’ est même « écrit »…

Le livre pour l’ homme ou l’ homme pour le livre?… 2000 ans et quelques millions de livres plus tard… mention: il n’ y a que l’ invention géniale du choix pour justifier un tel symptôme d’ anti-rationnalité… A priori ça nous dépasse, la question cache simplement la liberté de l’ individu de choisir le groupe ou l’ individualité qu’ il préfère… Si ça pouvait en rester là…

C’ est un peu comme montrer la photographie d’ une pomme à quelqu’ un qui n’ a jamais vu de fruits mais manipule des grenades toute la journée… faut pas s’ étonner qu’ il comprenne rien à votre cadeau.

(fin de la parenthèse religieuse)

Un dernier pour la route, c’ est un secret maison: « bon, on parle d’ autre chose? » Faut pas brutaliser un paranoïaque en pleine crise.

Une arme? ça sert à quoi? (essayez d’ en rester à ce niveau de recul face aux diverses politiques que vous pourriez croiser)

Il est amusant d’ observer combien les gens sont concernés identitairement par les problèmes dont ils parlent sans arrêt. Ca s’ applique aux moralistes autant qu’ à moi.

 

Définitions maison:

 

« C’ est toi qui l’ as dit, c’ est toi qui l’ est »: miracle de sagesse infantile. Faute grammaticale incluse.

« T’ es à l’ ouest toi »: quand on (est à) l’ est soi-même. Tentative maladroite de relativisme culturel.

Silence: peser ses mots. Souvent quand on est pas à l’ aise. Ni à l’ est.

Politique: tentation au sens religieux de tout comprendre sans avoir rien appris.

Jugement: passe temps favori des frustrés privés de vie.

alimentaire: adj. argot utilisé par les artistes pour « chiant »

officiel: adj. argot utilisé par les artistes pour « hypocrite »

1 Comment

  1. Alors, j’aime bien aussi ces aphorismes, déjà pour la légèreté première des fantaisies poétiques ;
    j’en apprécie certains pour une conception partagée
    (ex que je cite de tes discours :
    « Science et art sont deux facettes d’ une sensibilité « réceptrice ». Tous deux ont à voir avec un désir de « s’ élever » par la compréhension. »)
    j’en apprécie certains pour leur finesse pleine d’humour …sachant que l’humour c’est très personnel : je te cite :

    « On peut être intelligent et névrosé… question de contexte social c’ est même un prérequis…

    Cela dit on peut aussi être névrosé et con… aucune contre indication médicale à priori. »

Leave a Reply

Outils Services Compteurs Générateurs Codes-sources... gratuits pour vos sites